Hommage : Reine Agnès

image3 (2)
Bonjour à vous !! C’est réellement un plaisir de vous retrouver et de prendre le temps d’écrire car les 2 derniers mois étaient particulièrement intenses et comme vous le savez, écrire est ma thérapie. En effet pour ceux qui ne le savent pas, j’ai malheureusement perdu ma mère le 07 février 2016. À la suite d’un long cancer et de nombreuses complications médicales, celle que j’appelle la reine du monde a fini par tirer sa révérence.

Hi guys. I’m truly happy to be back and to take the time to write to you, cause the past two months were particularly intense and as you know writing is my therapy. For those who do not know, I’ve lost my mother on February 07th, after a long cancer and many medical complications, the one that I call the Queen of the world bowed out.

 

IMG_3085

Vous vous imaginez donc que je fus complètement chamboulé par la nouvelle, qui m’a forcé à revenir à Marseille du jour au lendemain, sachant que cela faisait presque 4 ans que je n’étais pas rentré chez moi. Tiraillé entre le choc du décès, le stress de l’organisation des funérailles et la joie de revoir mes proches et la ville dans laquelle je suis né, je suis passé par beaucoup d’émotions et de sentiments. Écrire cet article me semble donc vraiment important car c’est un moyen d’extérioriser toutes ces choses que j’ai pu ressentir et observer. De plus c’est aussi une façon de partager avec vous mon expérience, car à mon âge pas tout le monde peut comprendre ce que représente le décès d’un proche et encore moins celui d’un parent. Là est donc le sujet de ce nouvel article, Quel leçon peut-on tirer de la mort d’un proche ?

Une question à laquelle je vais répondre en vous parlant de ma mère, du personnage fort et marquant qu’elle était et pourquoi chacun d’entre nous peut apprendre de son décès sans même l’avoir connue. Voici donc mon article hommage à la personne la plus exceptionnelle que j’ai jamais rencontré et ma plus grande inspiration.

You can imagine that I was upside by the new, which forced me to return to Marseille from a day to an other, knowing that it as been almost 4 years that I did not came back home. Torn between the shock of the death, the stress of organizing a funeral and the joy of seeing my friends, family and the city where I was born, I went through a lot of emotions and feelings. So writing this article seems really important because it is a way to externalize all the things that I could feel and observate. In addition it is also a way to share with you my experience, because at my age not everyone can understand what represent the death of a close and even less of a parent. Here is therefore the subject of this new article, What lesson can we learn from the death of a loved on
 
A question I’ll answer by talking about my mother, her strong and remarkable character and why each of us can learn from her death without even knowing her. Here is my tribute article to the most exceptional person I have ever met and my greatest inspiration.

 

1/ Jeunesse / Early life

IMG_3087

Née le 20 juillet 1953 à Conakry en Guinée, Agnès Soumah était la 5ème fille d’une fratrie de 9 frères et sœurs du côté de sa mère (4 autres du côté de son père). Fille de Marthe Thompson et Lamine Soumah, elle a eu d’un côté une éducation très stricte avec une mère relativement sévère et célèbre en Guinée pour sa main de fer. Paradoxalement elle avait un grand cœur, une habilité à régler n’importe quel problème et aider n’importe qui dans le besoin. De l’autre côté la douceur et le calme étaient assurés par son père qui était cependant moins présent. C’est donc le côté dur de sa mère qui a principalement marqué Agnès et ceux qui connaissent ma mère savent qu’elle n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait et de remettre n’importe quelle personne à sa place si c’était nécessaire.

C’est aussi grâce à une grande fraternité, une famille large et l’entourage vaste de ses parents qu’Agnès développera un gros sens de la solidarité, de la cohésion, du partage et un don pour transformer n’importe qui en membre de sa famille.

Born in July 20th, 1953 in Conakry, Guinea, Agnes Soumah was the 5 th daughter of a fraternity of nine brothers and sisters on her mother side (+ 4 others on her father side). Daughter of Marthe Thompson and Lamine Soumah, she had on one hand a very strict education with a relatively severe mother, who was actually famous in Guinea for her iron hand. Paradoxically she was also known for her big heart, her ability to solve any problem and to help anyone in need. On the other side the sweetness and the calm was provided by her father, who was however less present. So it’s the tought side of her mother that mainly marked Agnès and those who know my mother know that she was not afraid to speak her mind and to put back in place any person who would try her.

It is also thanks to a great brotherhood, a large family and the wide circle of her parents that Agnès will develop a big sense of solidarity, cohesion, sharing and a gift to turn anyone into a member her family.

 

IMG_3086

 

image7

Après avoir grandi à Conakry, c’est à 21 ans (1974) qu’elle partira s’installer quelques années en Côte  d’Ivoire à cause des tensions politiques qui subsistaient en Guinée. Elle finalisera là-bas ses études en comptabilité. Elle décidera ensuite sur un coup de tête de partir s’installer à Dakar au Sénégal en 1978 où elle continuera sa carrière en tant qu’aide comptable.

After growing up in Conakry, because of the political tensions that was remaining in Guinea, at 21 years old (1974) she decided to leave the country and to settle a few years in Ivory Coast. She will complete there her accounting studies. Then in 1978 she will decide on a impulse to go live in Dakar, Senegal where she will continue her career as an accountant assistant.

 

IMG_3088

C’est à 32 ans en 1985, qu’elle décide de quitter le continent Africain pour la France après qu’une de ses amies lui ait proposé de la rejoindre. Elle a commencé par Paris, puis Lyon, pour enfin finir à Marseille. Un choix également motivé par des raisons familiales, car son grand père Louis Thompson s’était également installé à Marseille à la suite de son service pour la 2nd guerre mondiale. Elle apprendra plus tard qu’il fut tué à la suite d’une altercation avec des policiers qui n’ayant pas apprécié qu’il leur tienne tête lui ont tiré dessus. (Black lives matter anyone?)

Son arrivée en France fut une bataille pour elle car en premier lieu elle a dû se battre pour avoir sa nationalité française, qu’elle finira par obtenir grâce à sa persévérance. En second lieu elle s’est retrouvée hébergée de ville en ville, chez plusieurs personnes dont certaines qui ne l’ont pas traité correctement et qui ont fini par la forcer à trouver son propre appartement et avoir son indépendance.

Elle s’en sortira grâce à sa foi, sa ténacité, le soutien de ses amis, sa famille  et un travail en tant que femme de ménage chez une famille aisée qui lui apportera beaucoup d’aide.

It is at 32 years old (1985) that she decided to leave the African continent for France after that one of her friends has offered to join her. It began in Paris, then Lyon, to finally ending in Marseille. A choice also motivated for familial reasons, because her grandfather Louis Thompson was also living in Marseille after his service for the 2nd World War. She will learned later that he has been killed after an altercation with police officers who did not appreciate that he stood up against them and shot him … (Black lives matter anyone ? )
 
Her arrival in France was a battle for her, because first she had to fight to get her French citizenship, that she will eventually get through perseverance. Secondly she has been hosted from city to city, with several people who did not treated her properly and eventually forced her to find her own apartment and to have her independence.
 
She will pulled throught thanks to her faith, her singleness, the support of her friends, her family and a job as a maid in a wealthy family who gave her much help.

IMG_3105

IMG_3089

IMG_3104

Dans ce petit résumé (extrêmement synthétisé) de la première partie de la vie de ma mère, nous avons déjà une première leçon de vie transmise par son audace et sa persévérance. Elle n’avait pas froid aux yeux et n’a pas eu peur de vivre dans 4 pays différents en seulement 10 ans. Elle suivait son cœur et son instinct et allait là où bon lui semblait, jusqu’à finir dans un autre continent, avec une culture étrangère, loin de sa famille et ses repères. Et malgré tous les problèmes qu’elle a pu rencontrer dans ce pays elle n’a pas abandonné, elle s’est battue pour sa nationalité et son indépendance qu’elle a fini par avoir grâce à sa détermination. Un exemple à suivre qui démontre que si l’on veut vivre ses rêves, il faut savoir sortir de sa zone de confort et que malgré les difficultés de la vie, l’acharnement et la patience permettent d’atteindre n’importe quel objectif.

In this short summary (highly synthesized) of the first part of my mother’s life, we have a first lesson of life transmitted by her audacity and her perseverance. She was fearless and was not afraid to live in four different countries in just 10 years. She followed her heart and instinct and went where she pleased, to end up in another continent with a foreign culture, far from her family and her landmarks. And despite all the problems that she experienced in this country she nerver gave up, she fought for her nationality and her independence that she finally secure with determination. An example to follow, that demonstrates that if we want to live our dreams and we have to step out of our comfort zone and know that despite the difficulties of life, hard work and patience can achieve any goal.

2/Rencontre avec mon père, maternité et éducation. / Encounter with my father, maternity, education

 

image6(1)

Après quelques années à Marseille ma mère rencontra Jean-Claude Nguille-Wang, ami avec lequel une relation entre l’amitié et l’amour va se créer. C’est en 1989 que cette union va donner fruit à une grossesse inattendue, qui va venir chambouler la vie d’Agnès. En effet n’étant pas vraiment en couple et ayant un partenaire qui ne ressent pas le désir d’avoir un enfant, Agnès s’est retrouvée avec le dilemme de garder l’enfant ou non. Sachant qu’être mère célibataire avec des revenus minimes représente un challenge à prendre en considération. Seulement, étant âgée de 37 ans et n’ayant pas encore d’enfant, c’était enfin le moment de réaliser un des rêves d’Agnès qui était d’être mère. De plus, sa famille et son entourage s’étaient tous engagés à la soutenir dans cette maternité et l’ont donc encouragé à garder le bébé.

C’est donc le Lundi 18 juin 1990 à 18h40 qu’Agnès va donner la vie à son fils unique, Henri-Abraham Hassi Jacob Soumah.

After several years in Marseille my mother met Jean-Claude Nguille Wang, a friend who was coming from Cameroun with whom a relationship of friendship and love will be created. It was in 1989 that this union will give fruit to an unexpected pregnancy, that will upside Agnes’s life. Indeed being not really in a relationship and having a partner who does not feel the desire to have a child, Agnes was left with the dilemma of keeping the child or not, because being a single mother with minimal revenues represent a challenge to consider. However, being 37 years old and not having a kid yet, it was finally time for Agnès to realize one of her dreams, which was to be a mother. In addition, her family and her entourage were all committed to support this motherhood and thus encouraged her to keep the baby.

So it is Monday, June 18th, 1990 at 18:40 that Agnès will give life to her only son, Henri-Abraham Hassi Jacob Soumah.

IMG_3090

  • Henri car c’était le deuxième prénom du frère de sa mère Moïse-Henri Thompson. De plus venant d’une grande famille respectée et ayant une grande estime d’elle même, elle voulait donner à son fils un prénom de roi.
  • Abraham car c’est le prénom de son frère, mais également le prénom de son autre oncle Abraham Thompson décédé à un jeune âge et en hommage à ce dernier son prénom est donné à pratiquement tous les hommes de la famille. Aussi étant croyante c’était un clin d’oeil au prophète Abraham qui étant reconnu dans les 3 religions monothéistes, est considéré comme le père des nations.
  • Hassi qui veut dire « celui qui chante la vie, sage et stable » est le diminutif d’Hassimiou un autre de ses frères.
  • Enfin Jacob  » le protégé de Dieu » car c’est le prénom de son cousin préféré avec qui elle était très proche et également le nom du prophète de la Bible.

 

  • Henri because it was the middle name of her mother’s brother Moïse Henri Thompson. Also coming from a big and respected family and having a great self-esteem, she wanted to give to her son a king’s name.
  • Abraham because it is the name of her brother, but also the name of her other uncle Abraham Thompson who died at a young age. So as tribute to him, his name is given to almost every men in the family. Also being believer it was a nod to the prophet Abraham who is recognized in the 3 monotheistic religions and considered as the father of the nations.
  • Hassi which means  » The one who sings life, the wise and the calm » is the diminutive of Hassimiou another of her brother.
  • Finally Jacob  » God’s protected » because that’s the name of her favorite cousin whom she was very close and also the name of the Bible prophet.

 

image5(2)

 

Étant de nature affectueuse, ma mère va donc être très proche de moi et une relation symbiotique va se créer. Seulement, ayant paradoxalement hérité du caractère fort de cette dernière et ayant donc pour exemple une personne forte et indépendante, j’ai très vite moi-même montré un désir d’indépendance et d’en faire qu’à ma tête. Un désir qui s’est heurté à l’énorme instinct de protection de ma mère et son habitude de tout contrôler. Alors quand une incontrôlable cherche à contrôler un tout autant incontrôlable, vous pouvez imaginer que c’était mouvementé à la maison.

La relation fusionnelle s’est donc transformée en relation conflictuelle pendant 22 ans jusqu’à ce que je décide de partir vivre à Montréal. Les clashs étaient notre quotidien, ma mère se devait de tenir tête à tous mes caprices et Dieu sait à quel point j’étais capricieux, espiègle, aventureux, impulsif et colérique.

Since my mother was very affectionate, we were extremely close and a symbiotic relationship will developed between us. Only paradoxically having inherited of her strong character and having as an example a strong and independent person, I’ve very quicky found myself with a desire for independence and doing things my way. A desire that met my mother’s huge instinct to protect and her habit to control everything. So when an uncontrollable seeks to control an equally uncontrollable, you can imagine that it was hectic at home.
 

The symbiotic relationship was transformed into a confrontational relationship during 22 years until I decided to go live in Montreal. The clashes were our lives, my mother had to stand up against all my whim and God knows how much I was capricious, playful, adventurous, impulsive and irascible.

 

img_3111

Le plus drôle dans tout ça est qu’en fait je n’étais qu’une copie conforme de ma mère qui était autoritaire, têtue comme une mule, qui menait son entourage à la baguette et qui a donc eu gout à sa propre médecine en faisant face pour la première fois à quelqu’un qui lui tenait tête. Afin de me protéger et de m’apprendre la discipline elle a donc du constamment me dire non, me corriger quand je faisais des bêtises (tous le temps), me punir quand je ne travaillais pas à l’école, chose dont je m’en foutais éperdument jusqu’à ce que je rate mon brevet à 15 ans et que je prenne conscience qu’il fallait que je me bouge le cul.

Le climat était donc électrique, ajoutons à ça tous les problèmes que nous traversions, les 22 premières années en tant que parent étaient donc éprouvantes pour ma mère qui ne l’oublions pas était mère célibataire faisant face au petit démon que j’étais et qui se battait pour notre situation financière. Vous pouvez d’ailleurs retrouver dans cet article un résumé de nos aventures.

The funny thing in all this is that in fact I was a carbon copy of my mother who was authoritarian, stubborn as a mule, who was bossing around her entourage and had therefore a taste of her own medicine when she faced for the first time someone who was resisting her. To protect me and to teach me discipline she had therefore to constantly say no to me, correct me when I was doing stupid things (all the time), punish me when I was not working at school, something I did not care at all until I failed my exam at 15 and I became aware that I had to move my ass.

The climate was therefore electric, add to that all the problems that we were going through, the first 22 years as a parent were very stressful for my mother. Who let’s not forget was a single mother facing the little demon that I was and she was fighting for our financial situation. You can find in this article a summary of our adventures.

image1

12696845_10156399789210004_228031590_o

1697169376

 

IMG_3107

img_3108

 

photo

 

C’est dans ma 25ème année que le fruit de ses efforts est enfin apparu et nous avons ici une autre leçon. Effectivement, dans notre relation conflictuelle ma mère m’a appris à me discipliner, je sais aujourd’hui me dire non, me contrôler et ne pas faire des choses qui me seraient nuisibles. Elle m’a également appris à être entêté et donc ne jamais baisser les bras devant un objectif, mais aussi ne jamais me laisser marcher sur les pieds et toujours défendre mon opinion et ma cause.

Aussi comme j’en parle souvent dans mes articles (ici), sa combativité face aux problèmes de la vie m’a donné une persévérance sans limites et c’est pourquoi aujourd’hui aucune épreuve ne me fait peur.

Elle m’a enfin donné le plus beau cadeau qu’est l’amour inconditionnel. En effet même si nous étions parfois très agressifs l’un envers l’autre, elle n’a jamais cessé de m’aimer et de me protéger avec l’amour le plus grand que j’ai jamais vu sur terre. Elle était prête à tous les sacrifices pour moi et mon bonheur était sa seule priorité. Nous étions pauvres d’argent, mais riches d’amour et une fois qu’en grandissant j’ai réalisé tous ses sacrifices, notre relation s’est tout de suite améliorée et l’affection de nos premières années est revenue de plus belle. Elle a fait de moi un HOMME et je lui en serais éternellement reconnaissant.

It is in my 25th year that the result of her efforts finally appeared and here we have another lesson. Indeed, in our conflicted relationship my mother taught me how to discipline myself, I know today how to say no, to control myself and to not do things that would be harmful for me. She also taught me to be stubborn and therefore to always fight for my goal but also to never let anyone walk over me and to always defend my opinion and my cause.
 
Also as I often talked about in my articles (here) her fighting spirit against the problems of life, gave me a boundless perseverance and that is why today nothing can scare me.
 
She finally gave me the greatest gift that is unconditional love. Even though we were sometimes very aggressive towards each other, after all she never stopped loving and protecting me with the greatest love I ever seen on earth. She was ready to do any sacrifice for me and my happiness was her only priority. We were poor with money but rich with love and once that growing up I realized all the sacrifices she made for me, our relationship has immediately improved and our early years’s affection came back stronger than never. She made me a MAN and I will be forever grateful to her.

 

IMG_3119

 

3/ Les relations / Relationships

 

image3

Les fruits de l’éducation de ma mère sont en eux-mêmes une autre leçon, car elle m’a éduqué seule et n’a jamais eu besoin d’un homme pour définir son bonheur. En effet, dans un monde où la majorité d’entre nous se démène pour ne pas être célibataire et peine à être accomplie en étant seul, être en couple était le cadet des soucis de ma mère et quand elle était dans une relation elle n’hésitait pas à y mettre fin si celle-ci nuisait à son bien-être.

Vous faire l’historique des compagnons de ma mère n’est pas mon but ici, mon point est de démontrer que pour trouver l’amour il faut être patient. A ma connaissance elle n’a eu que 2 grands amours, mon père et mon beau-père et elle n’a fréquenté que très brièvement 2 hommes entre temps qui sont partis aussi vite qu’ils sont venus car leurs comportements ne lui plaisaient pas.

The fruits of my mother’s education are themselves another lesson, just because she raised me on her own and never needed a man to define her happiness.
Indeed, in a world where most of us struggle to not be single and to be accomplished while being alone, being with someone was the least of my mother’s concerns and when she was in a relationship she would not hesitate to terminate it if it was detrimental to her well being.

Giving you the summary of my mother’s companions is not my purpose here, my point is to show that to find love, you got to be patient. In my knowledge she only had two big loves, my father and my step father and in between she only frequented 2 mens who left as quickly as they came because she did not like their behavior.
 

henri 004

En ce qui concerne mon père, leur relation n’a pas marché à cause de 2 caractères trop forts pour s’entendre, je vous en parlais dans cet article. Seulement là où j’ai du respect pour ma mère c’est d’avoir quand même essayé pour le bonheur de son fils. Elle savait d’avance que son tempérament et celui de mon père n’étaient pas compatibles, de plus celui-ci nous avait laissé les 4 premières années de ma vie. Cependant dans le but de m’offrir un équilibre et une figure paternelle elle l’a pardonné et lui a laissé une chance. Un beau « geste » et une belle preuve d’amour et de sagesse de sa part, envers moi et mon père car elle a su oublier la rancœur, et mettre une croix sur le passé pour créer un meilleur futur.

Ensuite quand les choses se sont corsées et qu’elle a vu que la relation devenait nocive pour elle et moi, elle n’a pas eu peur d’y mettre fin et de reprendre un rôle maternel/paternel. De plus elle a encore fait preuve de sagesse en acceptant que mon père et moi établissions une relation par la suite. Elle a même fini par encore lui pardonner en créant à la fin une relation d’amitié avec lui. Mon père, lui, m’a avoué après le décès de ma mère, que malgré tout, elle est la seule femme qu’il ait aimé et qu’il l’aimera toujours.

Regarding my father, their relationship did not work because of 2 characters too strong to get along, I was talking about it in this article. Only where again I have respect for my mother is that for her son’s happiness, she still gave it a try. She knew in advance that her temperament and my father’s were not compatible, plus the latter left us the first 4 years of my life. However, in order to give me balance and a fatherly figure she forgave and gave him a chance. A nice « gesture » and a beautiful proof of love and wisdom from her for me and my father because she was able to forget the rancor, and put a cross on the past to create a better future.
 
Then, when things got tough and when she saw that the relationship was becoming harmful for her and me, she was not afraid to stop it and to take back a maternal / paternal role. Moreover she still showed wisdom by accepting that my father and I established a relationship afterwards. She even ended up forgiving him again by creating at the end a friendship. My father told me after my mother death, that afterall she is the only woman that he loved and he will always love her.

 

image5

image4(1)

Après son divorce et ses deux relations qui n’ont pas marché, ma mère n’a pas une seconde perdu sa joie de vivre et a continué sa vie tout en étant heureuse avec elle-même, en gardant la foi et en faisant du bien autour d’elle.

C’est en 2009 à 56 ans, 10 ans après son divorce qu’elle va enfin rencontrer son âme soeur. C’est en allant à l’église qu’elle va tomber sur Fidèle Lawson un ancien ami à elle qu’elle avait rencontré quand elle vivait au Sénégal. Ce dernier vivait sur Nantes et était venu en vacances sur Marseille. Le destin a donc décidé de les réunir dans l’église de ma mère 30 ans plus tard et après quelques mois pendant lesquels ils ont refait connaissance, ces derniers ont décidé de se mettre en couple.

Il suffisait de les voir ensemble pour savoir qu’ils étaient fait l’un pour l’autre et je pouvais voir dans les yeux de Fidèle l’amour et l’admiration qu’il portait pour ma mère qu’il appelait « Ma côte ». Après 2 ans en couple ils ont décidé de se fiancer, seulement les deux ont rencontré des problèmes de santé qui ont repoussé leur mariage et la mort a malheureusement décidé qu’ils ne seraient pas unis par le mariage.

After her divorce and two relationships that did not work, my mother did not for a second lost her zest for life and continued her life while being happy with herself, keeping faith and doing good around her.
It was in 2009 at 56 years old, 10 years after her divorce that she will finally meet her soulmate. It was by going at the church that she will ran into Fidèle Lawson an old friend that she met when she was living in Senegal. The latter was living in Nantes and was in vacation in Marseille. Fate has decided to gather them in my mother’s church 30 years later and after a couple of months during which they have reacquainted, they decided to start a relationship .

We could tell that they were made for each other just by seeing them together and I could see in Fidèle’s eyes the love and the admiration that he have for my mother that he was calling « my rib ». After 2 years as a couple they decided to get engaged, unfortunately the two had health problems that have delayed the wedding and death has unfortunately decided that they would not be united by the marriage.

image1(2)

 

 

Mais nous avons ici un bel exemple de ce qu’est vraiment l’amour, ils avaient tous les deux eu leurs propres expériences de vie, leurs enfants et leur passé, ils étaient accomplis, n’avaient plus rien à prouver et c’est grâce à ça qu’ils ont pu créer un nouvel équilibre. Ils ont prouvé qu’une relation dans un mariage ou pas, est faite pour se soutenir, s’aider mutuellement à avancer, requiert de la patience et de la foi en le temps. Ils se sont apportés de l’amour dans des moments de désespoir et il a mis un sourire sur son visage quand elle savait qu’elle était condamnée. L’amour de la vie d’Agnès lui a été donné dans ses dernières années, l’a accompagné sereinement dans l’autre monde et prouve de la plus belle manière que quand on lui fait confiance, Dieu fait parfaitement les choses pour nous.

But here we have an example of what love really is, they both had their own life experiences, their children and their past, they were accomplished, had nothing more to prove and that’s thanks to this that they were able to create a new balance. They proved that a relationship in a marriage or not is made to support and assist each other, requires patience and faith in time. They gaved love to each others in moments of despair and he put a smile on her face when she knew she was condemned. The love of Agnes’s life was given to her in her last years, she was serenely accompanied in the other world and it proves in the best way that when we trust him, God is doing things perfectly.

 FullSizeRender

 

4/Travail / Work

 

IMG_3124

 

Je ne peux pas parler de ma mère sans également mentionner son sens des responsabilités et son éthique de travail. Elle remplissait déjà le rôle de maman à temps plein, de pilier pour notre famille qui a pris part dans l’éducation de tous les enfants de la patrie et a hébergé, nourrit, blanchit plusieurs enfants des ses sœurs/frères/cousin(e)s. C’était elle la leadeuse et celle qui unifiait la famille, c’était son travail non rémunéré et son dévouement pour les siens était sans limite.

De même quand il s’agissait de sa vie professionnelle, elle était très active, appliquée et obstinée. L’exemple qu’elle m’a donné est d’ailleurs parfaitement illustré dans mon travail avec le blog.
Ma mère était une acharnée du travail qui se donnait corps et âme dans non seulement n’importe quelle tache mais dans plusieurs taches en même temps. Et là où je suis encore admiratif c’est qu’elle ne s’est jamais contentée de peu.

Elle a commencé en tant qu’aide comptable, mais ayant du mal à trouver du travail en arrivant en France elle est devenue femme de ménage. Un travail qu’elle a continué de faire pendant et après sa grossesse en portant bébé Henri sur son dos quand elle passait la serpillère, alors qu’elle aurait pu juste profiter des aides de l’état français. Après les ménages elle est devenue pendant un petit moment agent en charge de la traversée des écoles, a fait brièvement du mannequinat pour la marque de vêtements de sa soeur, cantinière, puis infirmière, enfin cuisinière/serveuse dans un restaurant.

I can not talk about my mother without also mentioning her sense of responsibility and her work ethic. She was already filling the role of full time mom, a mainstay for our family who took part in the education of all the childrens of the trybe. She also has hosted, nourished, nurtured, several childrens of her sisters / brothers / cousins and she was the family leadeuse, unifying us was her unpaid work and her dedication towards her people was boundless.

Likewise when it was about her professional life, she was very active, applied and obstinate. The example she gave me is also perfectly illustrated in my work with the blog.
My mother was a relentless worker who gave body and soul into not just any task but in several tasks simultaneously. And I am still admiring because she never settled for less.
 
She started as an accounting assistant, but having trouble finding a job arriving in France she became housekeeper. A job that she continued to do during and after her pregnancy, carrying baby me on her back while she was passing the mop, even though she could enjoy the financial support of France. After being a household she became for a while agent in charge of schools crossing, she did briefly some modeling for her sister clothing brand, canteen, nurse, then finally cook / waitress in a restaurant.

image2

 

Travailler dans un restaurant l’a inspiré et lui a donné envie d’ouvrir son propre restaurant, je me rappelle encore de ce jour où en marchant dans la rue elle m’a dit : « Henri j’ai envie d’ouvrir un restaurant, qu’est-ce que t’en penses ? », j’ai juste répondu « Bhe fais le ! »… Quelques mois plus tard ma mère a ouvert son restaurant « MT délices » MT pour Marthe Thompson le nom de ma grand-mère. Pendant 4 ans elle proposera sandwichs, plats traditionnels français et spécialités africaines.
Même si elle travaillait parfois de 9h à 00h, je n’avais jamais vu ma mère autant épanouie et les clients du resto étaient attachés à sa personnalité agréable et chaude. Seulement la fatigue a pris le dessus, les affaires ont commencé à chuter et elle a décidé de fermer le resto 4 ans plus tard.

Working in a restaurant inspired her and gave her the idea to open her own restaurant. I still remember that day when walking in the street she told me, « Henri I want to open a restaurant, what do you think ? « 

I’ve just said  » Well, do it! « … A few months later my mother opened her restaurant « MT delights », MT for Marthe Thompson my grandmother’s name. For 4 years it will propose sandwich, French traditional food and African specialties.
Even if sometimes she would work from 9am to 11pm, I had never seen my mother so fulfilling and the customers of the restaurant loved her nice and warm personality. Only, fatigue took over and the business started to drop so she decided to close the restaurant 4 years later.

 

image1(1)

img_6823

Vous pensez qu’elle allait s’arrêter là ? Négatif ! Car il faut savoir qu’en parallèle du restaurant elle avait ouvert un petit magasin « MT services » dans lequel elle vendait des cosmétiques africains et des produits capillaires. Donc une fois le restaurant fermé, elle décida de se focaliser sur ce secteur, s’est relocalisée dans un plus grand magasin et la voilà maintenant commerçante. Une aventure qui a duré 2 ans, puis elle a dû mettre la clef sous la porte car les propriétaires du local ont décidé d’en faire un logement.

L’âge et la fatigue l’ayant rattrapée, elle va finalement passer à quelque chose de plus calme et devenir traductrice dans des prisons pour les jeunes guinéens qui devaient se faire juger. Jusqu’à prendre sa retraite à 60 ans et même là elle attendait de se rétablir de sa maladie pour aller travailler avec son frère qui commençait un business dans la restauration au Sénégal.

Comme si ces activités n’étaient pas suffisantes ma mère était également une grande activiste dans la communauté guinéenne/africaine et un membre clef de l’association des guinéens de Marseille. La seule raison pour laquelle elle n’était pas la présidente c’est parce qu’elle ne voulait pas les responsabilités qui allaient avec le titre et préférait agir « dans les coulisses ». À côté elle était également membre de l’association des femmes guinéennes, un groupement de femmes qui s’entraidaient, se soutenaient et militaient pour la cause des femmes africaines. Sans oublier sa communauté des guinéens chrétiens  qui organisaient des sorties, des réunions et des évènements mensuels où ils se retrouvaient autour de Dieu. Pour finir (et je sais que j’en oublie) elle était aussi membre de l’union de prière de l’église protestante de Grignan. BREF elle était de tous les côtés.

You think she would to stop there? Nope ! Cause you need to know that in parallel of the restaurant she opened a small shop « MT services » in which she was selling African cosmetics and hair products. So once the restaurant closed, she decided to focus on this sector, relocated in a larger store and here she was a seller. An adventure that lasted 2 years, and then she put the key under the door because the local owners have decided to make it a lodgment.

Age and fatigue caught her up, so she will eventually moved to something more calm and became a translator in prisons for young Guineans who were being judged. To finally retired at 60 and even there she was waiting to recover from her illness to go work with her brother who started a catering business in Senegal
 
As if these activities were not enough my mother was also a great activist in the Guinean/African community and a key member of the Association of the Guineans from Marseille. The only reason why she was not the president is because she did not want the responsibilities that went with the title and preferred to act « in backstage ». Beside she was a member of the Association of Guinean women, a group of women based on the sisterhood, who was helping and supporting each other, while fighting for the cause of African women. Not to mention the Christians Guineans community who organized outings, meetings and monthly events where they will met around God. Finally (and I know that I forget some) she was also a member of the union of prayer of the Protestant Church of Grignan. Basically, she was on everysides.

 

img_3106

 

L’enseignement ici est qu’il est possible d’être une mère célibataire, tout en étant organisée (sa gestion des papiers administratifs était impressionnante), une travailleuse tenace, une activiste engagée et une croyante dévouée. Elle ne se laissait jamais aller à la flemme ou à l’inactivité, trouvait toujours une occupation pour s’épanouir et prouve qu’avec de l’audace, de la vigueur et de l’organisation il est possible d’en faire énormément.

De plus elle m’a appris que si tu t’en donnes les moyens tu peux faire de ta vie ce que tu veux. Elle a fait plus de 7 professions différentes en 20 ans, a ouvert 2 commerces, s’est investie dans 5 associations différentes et j’en passe beaucoup. Elle n’a jamais eu peur de se lancer dans des défis et d’essayer quelque chose de nouveau quand ce qu’elle faisait ne lui plaisait pas. Enfin, dans tout ça, elle se battait pour ses convictions, elle défendait corps et âme la cause des femmes, des africains et de Dieu et pour ça encore une fois, je ne peux que l’admirer.

The teaching here is that it is possible to be a single mother, a sister, a aunt, a companion, a friend, while being organized ( her management skills of administrative papers were impressive), a tenacious worker, a committed believer and a devoted activist. She did not let herself go to laziness or inactivity, she always found an occupation to flourish and proves that with boldness, vigor and organization it is possible to do a lot.
 
In addition she taught me that if you’ll give yourself the means, you can make of your life anything you want. She did more than 7 different professions in 20 years, opened two commerces, has invested herself in 5 different associations and I’ve skipped a lot. She was never afraid to embark on challenges and try something new when she did not like what she was currently doing. Finally, in all this, she was fighting for her beliefs, she defended with body and soul the cause of womens, African people and God and for this again, I can only be in admiration.

image6

 

5/ Maladie / Disease

 

img_3109

Vous pouvez déduire qu’avec ce rythme de vie ma mère dépensait énormément d’énergie, sachant qu’en plus de ça c’était une personne très sociable avec la main sur le cœur, qui apportait de l’aide à toutes les personnes qu’elle croisait. Elle avait donc ses problèmes, un fils qui réclamait énormément d’énergie, un rythme de vie soutenue et elle s’ajoutait les problèmes des autres sur les épaules et à partir d’un certain âge son corps a commencé à ne plus suivre la cadence …

C’est en 2009 qu’elle a commencé à se plaindre d’une énorme migraine qui l’a emmené aux urgences et qui était au final une hausse de tension mais assez inquiétante. Puis en 2011 au fur et mesure elle a senti une douleur aux poumons et après des examens, un œdème lui a été diagnostiqué. Nous tombions tous des nues car ma mère avait une hygiène de vie très stricte, ne buvait pas, ne fumait pas et faisait très attention à son alimentation. Mais je savais que l’on oubliait un autre facteur, le stress …

À force d’aller à droite à gauche, en haut en bas, prendre tout à cœur, vouloir régler les problèmes de tout Marseille, tout en réglant ses propres problèmes et en s’inquiétant du futur de son enfant, ma mère s’est exposée à énormément d’anxiété. Sachant qu’elle prenait peu de temps pour elle et quand elle le faisait son cerveau ne faisait que penser aux 3 millions de choses qu’elle planifiait, son corps a fini par être touché.

C’est ainsi que la descente aux enfers a commencé, car maintenant elle devait en plus s’inquiéter pour sa vie. Elle a donc subi une première opération qui a calmé la situation, mais l’œdème est finalement revenu. Sans crier gare elle a continué de se battre et la seconde opération s’est passée avec succès.

You will understand that with this rythm of life my mother spends a lot of energy, knowing that on top of that she was a very sociable person with hand on heart and bringing help to all the people that she ran into. So she had her problems, a son who demanded a lot of energy, a sustained pace of life and she was adding on her shoulders other people problems . Atcertain age her body began to slowly get tired …

It was in 2009 that everything started when she start complaining about a huge headache that took her to the emergency and was at the end an increase in her blood pressure, but still worrying. Then in 2011 she slowly felt a pain in the lungs and after examinations an edema was diagnosed. We were shocked because my mother had a very strict lifestyle, did not drink, did not smoke and was very careful about her diet. But I knew that we forgot another factor, stress …

By dint of going right to left, top to bottom, taking everything to heart, wanting to resolve everyone’s problems in Marseille, while dealing with her own problems and worrying about the future of her child, my mother exposed herself to a lot of anxiety. Knowing that she took little time for herself and when she did her brain was only thinking about the 3 millions things that she was planning, her body ended up being hurt.
 
Thus the descent into hell began, because now she also have to worry about her life. So she underwent a first operation which calmed the situation but eventually the edema came back. Next thing you know she continued to fight and the second operation went successfully.

 

image2 (2)

2012, la situation s’est calmée, je suis partie vivre à Montréal et nous pensions que tout irait pour le mieux. 1 an plus tard, une sombre époque pour moi pendant laquelle je galérais pour m’en sortir, j’étais souvent en conflit avec ma mère et s’inquiétant pour moi cette dernière a fait une crise d’épilepsie qui a failli mettre fin à ses jours car elle était seule chez elle. Par chance sentant que quelque chose n’allait pas bien, elle a eu le temps de prévenir ses voisins qui ont pu prévenir les urgences.

Après ça, elle a commencé un traitement à la cortisone, mais un peu plus tard son cancer lui a été diagnostiqué. Il n’empêche qu’elle a continué à se battre, à garder le sourire et la tête haute et toutes les personnes qui la voyaient ne pouvaient se douter qu’elle était malade. Son état ne s’arrangeant pas, elle a dû commencer une chimiothérapie, chose contre laquelle j’étais car je considère le traitement trop violent et qu’il ne fait qu’au final pousser les patients doucement dans la tombe. De plus elle se plaignait que les traitements la fatiguaient et elle avait l’impression d’être un cobaye pour les médecins qui essayaient  à chaque fois un nouveau traitement, qui ne faisait que l’affaiblir au final.

2012, the situation calmed down, I went to live in Montreal and we thought everything would be fine. 1 year later, a dark time for me during which I was struggling to get my life together and I was often in conflict with my mother. One night, she had a seizure which had almost end up her life because she was home alone, luckily feeling that something was not right, she had time to warn her neighbors who could call the emergencies.
 
After that she started a treatment with cortisone, but later her cancer was diagnosed. Nevertheless, she continued to fight, to keep smiling with the head high and everyone who saw her could not guess that she was ill. Her condition did not get better, so she had to start a chemotherapy, something that I was against because I consider the treatment too violent and at the end it only slowly pushing the patients into the grave. Moreover she was complaining that the medication was tirying her and she felt like she was a guinea pig for the doctors who was trying each time new treatment that was only weakening her in the end.

 

image8(1)

C’est en 2015, qu’elle décide sur un coup de tête qu’elle devait venir à Montréal pour me rendre visite sachant que ça faisait 3 ans que l’on ne s’était pas vu. Un magnifique moment qui nous a permis de nous rapprocher et de nous redécouvrir, car la maladie lui a permis de relativiser sur la vie et les épreuves que j’ai vécu m’avaient donné de la maturité et de la sagesse. Elle était donc soulagée de voir son fils mûr, réfléchi et épanoui, de mon côté le constat n’était pas aussi positif …

Étant quelqu’un de très observateur, sensible et même clairvoyant, il m’a suffi de regarder les yeux de ma mère sur la photo ci-dessus pour savoir que ses jours étaient comptés. Pour moi la personne que j’avais en face de moi n’était pas celle que j’avais laissé 3 ans plus tôt et une partie d’elle-même n’était plus là. Tout ce que je voyais était comment la maladie mais surtout les traitements l’ont doucement tué. J’ai donc graduellement commencé à me faire une raison et me préparer à l’inévitable. De plus étant en quête de spiritualité, de bien-être et ayant commencé une relation avec Dieu, ma vision des choses est devenue beaucoup plus positive et j’essayais de voir cette épreuve comme le plan de Dieu.

It was in 2015, that she decided on a whim that she have to come see me in Montreal knowing that it has been 3 years that we did not seen eachother. A magnificent moment that allowed us to get closer and to re-discover ourselves, because the disease gave her more perspective on life and the hardships I experienced gave me maturity and wisdom. So she was relieved to see that her son was doing well, that I was wise and fulfilled. But for me the finding was not that positive …
 
Beeing someone very observant, sensitive and even clairvoyant, I just had to look at my mother’s eyes on the picture above to find out that her days were numbered. For me the person that I had in front of me was not the one that I left three years ago and a part of her was already gone. All I saw was how the disease and mostly the treatments she took have slowly killed her. So I gradualy started to accept the truth and prepared myself for the inevitable. Also being in search of spirituality, well-being and I having started a relationship with God, my vision had become much more positive and I was trying to see this event as God’s plan.

 

image7(1)

 

Quelques mois plus tard, après avoir reprit la chimio qui l’a extrêmement affaiblie elle a eu au mois de décembre un surprenant boost de santé qui a donné à tout le monde de l’espoir. De plus elle était constamment entouré et sa soeur Catherine dont elle était très proche , son conjoint, sa famille, ses amis et la communauté africaine, chacun se relayait tour à tour pour lui donner de l’énergie et du soutien. De mon coté, même si j’étais loin et me sentais parfois impuissant, je positivais au maximum (sous les conseils de mon ami Milton), en me disant que je ne devais pas être fataliste et lui donner au maximum de l’énergie positive. Je lui disais je t’aime tous les jours, partageais avec elle des moments de complicité, lui donnais des conseils de bien être et je sentais que je lui transmettais mes ondes positives.

A few months later, after restarting the chemo which has severely weakened her, she had in December a surprising health boost that gave hope to everyone. In addition she was constantly surrounded and her sister Catherine whom she was very close, her spouse Fidèle, her family, her friends and the African community, each took turns alternately to give her energy and support. From my side,even though I was far and I could feel sometimes powerless,I was positiving to the fullest, telling myself (on my friend Milton’s advices) that I should not be fatalistic and that I should give her the most of positive energy. I was telling her that I love her every day, shared with her moments of complicity, gave her advices of well being and I felt that I was giving her my positive vibes.

10441278_10208667697908033_7000405274758595070_n

image1(3)

C’est en janvier qu’après une douleur insupportable aux reins que son état s’est encore complètement dégradé, elle avait beaucoup de mal pour marcher et avait même besoin d’aide pour se laver. Elle sera hospitalisée pour essayer de soigner ce mal, mais les médecins ne voyaient pas de solution. Un soir étant trop agitée et fatiguée, les médecins décident de la mettre sous morphine et avaient pour projet de lui faire passer des rayons. Malheureusement ce fut la dose de trop, elle tomba dans le coma et son corps n’a pas eu l’énergie suffisante pour se réveiller.

Après s’être battue pendant 7 ans contre le cancer et 62 ans contre la vie, le dimanche pluvieux du 07 février 2016, Agnès Soumah a décidé de rendre les armes et s’est éteinte dans les bras de sa soeur Catherine et son bien aimé Fidèle.
 
In January, after an unbearable pain to the kidneys her condition completely degraded again, she had a hard time to walk and even needed help to wash herself. She will be hospitalized to try to cure this disease, but doctors did not see a solution. One night during which she was too agitated and tired, doctors decided to put her on morphine and had plans to make her pass throught rays. Unfortunately this was the one dose too many, she fell into a coma and her body did not have enough energy to wake up.

After having fought against cancer for 7 years and 62 against life, on the rainy Sunday of February 07th 2016, Agnes Soumah decided to surrender and died in the arms of her sister Catherine and her beloved Fidèle.

 

 

6/Décès/ Death

 

IMG_3120

Je ne vais pas vous résumer comment se sont déroulées les funérailles car il me faudrait un autre article pour vous compter toutes les péripéties. Je voulais plutôt témoigner des enseignements que le décès de ma mère m’a appris. Pour commencer j’ai à la base une « facilité » à accepter les décès car venant d’une grande famille, automatiquement il y a plus de décès et j’ai donc été dès le plus jeune âge habitué à vivre cette expérience. Raison pour laquelle j’ai pu traverser la perte de ma mère en n’étant pas aveuglé par la tristesse et j’ai pu directement voir les leçons bénéfiques qui en ont découlé.

En premier lieu j’ai eu une leçon instantanée après l’annonce du décès, car plus rien n’importait. Certes étant quand même humain, j’ai eu mes crises de larmes les deux premiers jours, mais rapidement une plénitude et un calme ont remplacé les pleurs. M’étant préparé à son départ et ayant même eu un gros mauvais pressentiment 2 semaines avant, je fus libéré. Libéré premièrement car je n’avais plus l’appréhension de recevoir le fameux coup de fil et libéré surtout car je savais qu’elle ne souffrait plus.

Ensuite, n’ayant pour objectif que de rentrer à Marseille pour rejoindre mes proches, tout est devenu secondaire et futile. Mon travail, mes factures, mon visa de travailleur que je n’avais pas encore reçu et qui aurait pu m’empêcher de retourner à Montréal, tout cela ne m’importait plus car la pire chose qui pouvait m’arriver était arrivée et j’étais encore vivant, donc quoi qu’il advienne je n’avais plus peur. J’ai réalisé que la vie était courte, qu’il était donc important de relativiser car le cours de la vie continuait malgré tout et pour cette raison je devais aller de l’avant, rester positif et sécher mes larmes car elles n’allaient pas me ramener ma mère et me faisaient plus souffrir qu’autre chose.

 I will not summarize how the funeral took place because I would need another article to count you all the stories. I would rather testify about the lessons that the death of my mother taught me. To start I have from the start an « ease » to accept death because coming from a large family, automatically there is more death and therefore it was at a young age that I’ved been use to live this experience. Which is why I could cross the loss of my mother while not being blinded by sadness and I could directly see the beneficial lessons that have resulted.

First I got an instant lesson after the death, because nothing else mattered. Certainly, being still a human, I had my crying moments the first two days, but very soon a fullness and a calmness replaced the tears. Being prepared for her departure and also having a huge bad feeling the two weeks before the death, I was released. Released first, because I had no apprehension anymore of receiving the famous call and released mainly because I knew she was no longer suffering.
Then, having for objective to return in Marseille to join my family, everything became secondary and futile. My work, my bills, my work visa (that I did not have at the time and that could prevent me from returning to Montreal) none of those things mattered because the worst thing that could happen to me did happen and I was still alive. So no matter what was coming for me I was no longer afraid. I realized that life was short, it was therefore important to have a perspective because nevertheless life goes on and for that reason I had to go ahead, stay positive and dry my tears because they will not bring my mother back and at the end made me suffer more than anything else.

 

IMG_3121

En second lieu, c’est les gens, ma famille, mon entourage et leurs réactions vis-à-vis de ma mère qui m’ont beaucoup  apporté. En effet je n’ai jamais vu autant de gens et d’amour réunis pour une seule personne. Chacun s’exprimait sur ce que ma mère leur avait apporté, l’amour et l’aide qu’elle avait donné et combien ils étaient tous reconnaissants. J’ai donc pu voir que le but d’une vie était de distribuer l’amour, d’aider son prochain et que toute la gratitude offerte par les gens pour ma mère témoignait qu’elle avait réussi sa mission sur terre et qu’en partant elle a laissé un magnifique exemple. De plus j’ai pu assister à un rapprochement de toute ma famille, chacun s’est serré les coudes et j’ai compris qu’avec la perte d’un, les autres se rapprochaient pour combler le vide et créer une nouvelle énergie.

Par exemple cette expérience m’a incroyablement rapproché de mon père avec qui j’ai toujours eu une relation amour/haine et qui est devenue la personne dont la présence me faisait le plus de bien. Ou encore je suis devenu très proche de la soeur de ma mère Catherine, qui était aussi sa meilleure amie et une mère pour moi. Sa présence m’a permis d’avoir un présence maternelle et sa gestion impressionnante, voire militaire des funérailles et de la paperasse m’a enlevé un poids. Aussi ça m’a fait réaliser l’importance de dire je t’aime à mes proches car nous ne sommes pas éternels.
Encore merci à chacun d’entre vous, je vous aime.

Then, it’s the people, my family, my environment and their reactions showing respect to my mother that gave me a lot. In fact I have never seen so many people gathered and giving love for one person. Each spokes about what my mother brought to them, the love and the support she had given and how they were all grateful.Everyone gave everything in organizing the funeral of the one who previously use to be in charge of organizing everything and literally a crowd of people came to our place everyday during almost 2 months to present tribute. It made me able to see that the purpose of life was to distribute love and to help others. The gratitude offered by people for my mother testified she had succeeded her mission on earth and she left a great example.
Also I saw a reconciliation of all my family, everyone pulled together and I realized that with the loss of one, the others get closer to fill the void and create a new energy.
 
For example, this experience got me incredibly closer for my father with who I’ve always had a love / hate relationship and who became the person with the presence that made me feel the best. I became very close to my mother’s sister Catherine, who was also her best friend and a mother to me. Her presence gave me a maternal presence and her impressive, almost military management of the funeral and the paperwork took away a weight for me. Also I could understand the importance of saying I love you to my people because they are not immortal.
Thanks again, to each of you, I love you.

 

IMG_3122

Ensuite, c’est bien évidement la foi qui m’a fait tenir et cela sous deux aspects, ma foi et celle de ma mère.

La mienne car j’ai pu réaliser la grandeur de Dieu en restant solide face à cette épreuve qui est pour certain insurmontable et qui jusque-là je dois vous l’avouer m’effrayais. Mais Dieu m’a préparé pendant mes 3 ans de galères à Montréal, avec les épreuves de ma vie et dernièrement grâce à ma quête de spiritualité et de paix intérieure. Car tout cela m’a permis de relativiser, de réaliser en premier que tout arrive pour une raison et mon passé m’a construit pour me donner les épaules pour surmonter cette expérience. Deuxièmement j’ai compris que Dieu avait un plan pour moi, qu’un grand destin s’amorçait devant moi et que cette perte était la dernière étape pour me détacher définitivement du matériel. J’ai pu définitivement comprendre qu’il y a une vie après la mort, vaincre la peur en me disant que je ne crains plus rien car maintenant ma mère veillerait éternellement sur moi et enfin avoir une compréhension des maux de la terre pour avoir sagesse et maturité pour aider d’autres personnes à pouvoir s’en sortir.

Après c’est la foi de ma mère qui m’a appris, car elle était inconditionnelle. De plus ce qui est drôle est que secrètement ma mère était une grande peureuse qui avait peur de l’inconnu mais qui paradoxalement suivait toujours son instinct car elle savait que c’était dans son intérêt. Du coup ayant peur de tout, ma mère a placé sa confiance en la parole de Dieu en se disant qu’en suivant à la lettre ses recommandations rien ne pouvait l’atteindre. Elle a donc donné à tout le monde amour et soutient et a sacrifié son bien-être dans l’aide de son prochain.

Une belle manière de combattre la peur, car la foi est son opposé et qui prouve qu’en mettant sa confiance entre les mains de Dieu tout est possible. Bien que d’un côté la maladie de ma mère m’a montré qu’il est important de prioriser son bien-être et d’apporter son aide au gens qui veulent s’aider. De l’autre côté la joie de vivre de ma mère, sa capacité à surmonter tous les problèmes et l’amour qu’elle a mis dans nos cœurs, m’a prouvé que la foi, l’amour et le partage étaient les solutions au bonheur et au réel accomplissement.

Then, it is obviously faith that kept me going and this on two sides, my own faith and my mother’s.

Mine because I could realize the greatness of God by remaining solid while facing this hardship that can be insurmountable for some and I must admit that I was affraid of it until then. But God prepared me during my 3 years in the galleys of Montreal, with the trials of my life and lately through my spirituality and my quest for inner peace. Taking all this into perspective allowed me to realize first that everything happens for a reason and my past built me to have the shoulders to overcome this experience.
Secondly I realized that God had a plan for me, a great destiny was beginning in front of me and this loss was the last step to permanently detach myself from the material life. I could definitely understand that there is a life after death, conquering fear by telling myself that I was no longer affraid of anything because now my mother is forever watching over me. Finally it gave me an understanding of the evils of the earth, in order to have the wisdom and the maturity to help others people to be able to go thru their own struggles.
 
After, it is my mother’s faith who taught me, because it was unconditional. Also the funny part, is that my mother was secretly a big fearful who was afraid of the unknown but who paradoxically always followed her instinct because she knew it was in her interest. So being afraid of everything, my mother placed her trust in the words of God by telling herself that if she followed all the recommendations, nothing could touch her. She therefore gave all the love and supports to the world and sacrificed her well-being in the help of her neighbor.
 
A beautiful way to fight fear, because faith is it’s opposite and proves that by putting our trust in the hands of God everything is possible.
While on one side the illness of my mother showed me that it is important to prioritize our welfare and to provide assistance to people who want to help themself. On the other side, the exhilaration of my mother, her ability to overcome any problems and the love she had put in our hearts, proved to me that faith, love and sharing were the solutions to find real happiness and fulfillment.

image4

 

Enfin et pour conclure, c’est ma propre vision et mon nouvel amour pour ma mère qui ont tout changé. Comme on dit « Tu ne sais pas ce que tu as, jusqu’à ce que tu ne l’aies plus », en partant j’ai pu redécouvrir et réaliser à quel point ma mère était exceptionnelle. Que ce soit à travers les témoignages ou ma propre observation, j’ai pu complètement ouvrir  les yeux sur sa personnalité, combien elle était généreuse, aimante, digne, respectable, dévouée et inspirante. Je n’ai sincèrement jamais rencontré une personne comme ça et savoir qu’en plus il s’avère que c’est ma mère et qu’elle m’a inculqué toutes ses valeurs me rend infiniment fier. Je suis humble et reconnaissant envers Dieu pour m’avoir donné la chance et fait l’honneur de côtoyer pendant 25 ans une personne si bonne et aujourd’hui je ne vis que pour pouvoir la rendre fier et perpétuer son exemple.

Elle m’a éduqué pour que je devienne un homme fort et digne, elle a mis l’amour, le vrai dans mon cœur et a fait de moi un Roi. Oui, un Roi car un roi sait se contrôler, un roi veut montrer l’exemple, un roi protège, un roi aime, un roi partage son amour, aide les autres à trouver leur paix intérieure et se bat contre les injustices qui nous empêchent d’être heureux. Elle m’a donné pour mission de partager l’amour de Dieu avec le monde et me battre pour la paix. Je vais donc dignement lui faire honneur en remplissant ma mission et en m’assurant qu’à travers moi le monde sache qui était la Reine Agnès.

 

Finally and to conclude, it is my own vision and my new love for my mother that changed everything. As they say « You do not know what you got, until it’s gone », I could rediscover and realize how much my mother was exceptional. Whether through testimonials or my own observation, I could completely open the eyes on her personality, how she was generous, loving, dignified, respectable, devoted and inspiring. I honestly have never met a person like that and knowing that in addition it turns out that it was my mother and that she gave me all her values make me infinitely proud. I am humble and thankful to God for giving me the chance and the honor to get to knew during 25 years such a good person and today I’m only living to make her proud and perpetuate her example.
 
She taught me that I should be a strong and worthy man, she put the love, the real love in my heart and she made me a King. Yes, a King, cause a King knows how to rules himself, a King wants to show the example, a King wants to protect, a King loves, shares his love, helps others to find their inner peace and fights against the injustices that prevents us from being happy. She gave me the mission to share God’s love with the world and fight for peace. I will therefore honor her by completing my mission and making sure that through me the whole world will know who was Queen Agnes.

 

IMG_3123

 

Merci Maman pour tous tes sacrifices, pour m’avoir appris à ne pas être égoïste et pour tout l’amour que tu m’as donné. Te rendre fier était, est et sera toujours mon seul objectif et je te promets de réaliser les rêves que tu n’as pas pu accomplir. Être ta descendance est un honneur et tu resteras la personne la plus exceptionnelle qu’il m’ait été donné de rencontrer. Je ne suis pas triste, mais heureux pour toi, car en voyant ta vie et tout l’amour que tu as mis dans nos cœur, j’ai compris que tu as gagné. Tu as gagné le combat de la vie comme une championne, que dis-je, comme la Reine que tu étais et je t’applaudis sans cesse. Que ton âme bénie repose en paix et qu’elle nous guide dans nos combats de la vie sur terre.

Je t’aime Maman.
Titi, ton fils et ton plus grand fan.

Thank you Mommy for all your sacrifices, for teaching me to not be selfish and for all the love you gave me. Making you proud was, is and will always be my only goal and I promise to fulfill the dreams that you were not be able to accomplish. I am honored to be your offspring and you will remain the most exceptional person I have ever met. I’m not sad, I’m happy for you, happy because by seeing your life and all the love that you’ve put in our hearts, I understood that you won. You won the battle of life like a champion, no, like the Queen that you are and I will always applaud you. Thy your blessed soul rest in peace and may guide us in our struggles in life on earth.

I love you, Mom.
Titi, your son and your biggest fan.

 

img_3110

H.A.S 

6 comments

  1. thompson dit :

    J´ai lu ce texte, le sourire aux lèvres, le cœur léger et de beaux souvenirs plein les yeux …je t´embrasse bien fort, henri.

  2. thompson jeannine dit :

    C’est le plus bel hommage rendu par un fils à sa maman. Je te fais de gros bisous.

    Jeannine

  3. Sabrina dit :

    Coucou Henri c’est sabrina j’espère que tu te souviens de moi j’ai lu ton hommage il tout simplement magnifique et tanti Agnès ne peut être que fière de toi soit courageux et gros bisous

    • Tonton Abraham dit :

      Henri mon Neveu et Homonyme les mots ne peuvent traduire toute la fierté que j`ai ressentie en lisant le témoignage et l’Amour que tu as et continue d`avoir pour ta feue Maman Reine Agnès, ma sœur. Zéro faute !!! tu es tout simplement un Roi et Bravo de nous ramener à l’essentiel : L`Amour et le partage pour notre prochain…Que Dieu te Bénisse et te guide dans ta recherche de l’excellence et du pardon…Paix a son âme…We love you and you make us proud of what life is….Tonton Abraham.

  4. […] dans les précédents signes, la sensibilité et l’amour inconditionnel. Tout ça exprimé avec mon article hommage à ma mère, où je donne les leçons que l’on peut tirer de son personnage et je témoigne de […]

  5. […] parler de ma mère sans mentionner sa foi et sa résilience face aux épreuves. J’en parle dans cet article hommage écrit à la suite de son décès, ma mère a vu tous les combats possibles mais est toujours […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
%d blogueurs aiment ce contenu :